Les textes de l'office de lecture sont encore en construction. Ils ne sont malheureusement pas encore complets pour le moment. Si vous désirez méditer ces lectures bibiliques et patristiques, veuillez utiliser le cursus monastique de l'office divin.
℣. Deus, ✠ in adiutórium meum inténde.
℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína.
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio,  et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia.
Alléluia.
Hymnus
Hymne
Pange, lingua, gloriósi
Chante, ma langue,
próélium certáminis
les lauriers d’un glorieux combat,
et super crucis tropǽo
Sur le trophée de la Croix
dic triúmphum nóbilem,
chante le grand triomphe,
quáliter redémptor orbis
Raconte comment le Rédempteur du monde
immolátus vícerit.
triomphe en S’immolant.
De paréntis protoplásti
Dieu compatit au malheur
fraude factor cóndolens,
du premier homme sorti de Ses mains.
quando pomi noxiális
Dès qu’il mordit à la pomme funeste,
morte morsu córruit,
Adam se précipita dans la mort.
ipse lignum tunc notávit,
Dieu Lui- même désigna l’arbre nouveau pour réparer
damna ligni ut sólveret.
les malheurs causés par le premier.
Hoc opus nostræ salútis
Cette œuvre réparatrice,
ordo depopóscerat,
l’économie de notre salut la réclamait ;
multifórmis perditóris
Dieu voulait que l’artifice du serpent
arte ut artem fálleret,
fût déjoué par un autre artifice ;
et medélam ferret inde,
Il voulait porter le remède
hostis unde lǽserat.
là où l’ennemi avait causé le tort.
Quando venit ergo sacri
Quand donc fut arrivée
plenitúdo témporis,
la plénitude des temps annoncés,
missus est ab arce Patris
du haut du trône de Son Père,
Natus, orbis cónditor,
le Fils, créateur du monde, fut envoyé.
atque ventre virgináli
Dans le sein d’une Vierge,
carne factus pródiit.
Il Se revêtit de chair et Il naquit.
Lustra sex qui iam perácta
Le temps de six lustres est écoulé,
tempus implens córporis,
la durée de Sa vie mortelle est accomplie :
se volénte, natus ad hoc,
le Rédempteur, de Lui-même,
passióni déditus,
Se livre aux tourments de Sa Passion ; Agneau divin.
agnus in crucis levátur
Il est cloué à la croix,
immolándus stípite.
bois très saint sur lequel Il S’immole.
Æqua Patri Filióque,
Gloire soit éternellement
ínclito Paráclito,
à la bienheureuse Trinité.
sempitérna sit beátæ
Honneur égal au Père et au Fils,
Trinitáti glória,
comme aussi au Paraclet,
cuius alma nos redémit
car Sa grâce bienfaisante
atque servat grátia. Amen.
nous rachète et nous sauve. Amen.
Psalmus 38 (39)
Psaume 38
Ægrotantis deprecatio
Supplication de l'infirme
Vanitati creatura subiecta est... propter eum qui subiecit eam in spe (Rom 8, 20).
La création a été soumise à la vanité ... à cause de celui qui l'y a soumise dans l'espérance.
I
I
Dixi: «Custódiam vias meas, * ut non delínquam in lingua mea;
J'ai dit: je veillerai sur mes voies, pour ne point pécher par ma langue.
ponam ori meo custódiam, * donec consístit peccátor advérsum me».
J'ai mis une garde à ma bouche, pendant que le pécheur s'élevait devant moi.
Tacens obmútui et sílui absque ullo bono, * et dolor meus renovátus est.
Je me suis tu, et je me suis humilié, et je me suis abstenu de dire même de bonnes choses; et ma douleur a été renouvelée.
Concáluit cor meum intra me, * et in meditatióne mea exársit ignis.
Mon coeur s'est échauffé au dedans de moi, et tandis que je méditais, un feu s'est embrasé.
Locútus sum in lingua mea: * «Notum fac mihi, Dómine, finem meum;
La parole est venue sur ma langue: Fais-moi connaître ma fin, Seigneur,
et númerum diérum meórum quis est, * ut sciam quam brevis sit vita mea».
et quel est le nombre de mes jours, afin que je sache combien peu il m'en reste.
Ecce paucórum palmórum fecísti dies meos, * et spátium vitæ meæ tamquam níhilum ante te.
Voici que Tu as soumis mes jours à une mesure bornée, et mon être est comme un néant devant Toi.
Etenim univérsa vánitas omnis homo constitútus est. * Etenim ut imágo pertránsit homo.
Oui, tout homme vivant n'est qu'entière vanité. Oui, l'homme passe comme un fantôme,
Étenim vánitas est et concitátur; * thesaurízat et ignórat quis congregábit ea.
et c'est en vain qu'il se tourmente. Il amasse des trésors, et il ignore pour qui il les aura entassés.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Etenim vánitas est et concitátur;* thesaurízat et ignórat quis congregábit ea.
et c'est en vain qu'il se tourmente. Il amasse des trésors, et il ignore pour qui il les aura entassés.
II
II
Et nunc quæ est exspectátio mea, Dómine? * Spes mea apud te est.
Et maintenant quelle est mon attente? N'est-ce pas le Seigneur? Mon espérance est en Toi.
Ab ómnibus iniquitátibus meis érue me, * oppróbrium insipiénti ne ponas me.
Délivre-moi de toutes mes iniquités. Tu m'as rendu l'opprobre de l'insensé.
Obmútui et non apériam os meum, * quóniam tu fecísti.
Je me suis tu, et je n'ai pas ouvert la bouche, parce que c'est Toi qui l'as fait
Amove a me plagas tuas: * ab ictu manus tuæ ego deféci.
Détournez de moi Tes coups, sous la puissance de Votre main, j'ai défailli, quand Tu m'as repris
In increpatiónibus, propter iniquitátem, corripuisti hominem, et tabéscere fecísti sicut tínea desiderabília eius.* Etenim vánitas omnis homo.
Tu as puni l'homme à cause de son iniquité. Et Tu as fait dessécher son âme comme l'araignée. Oui, c'est en vain que tout homme s'inquiète.
Exáudi oratiónem meam, Dómine,* et clamórem meum áuribus pércipe.
Exauce, Seigneur, ma prière et ma supplication;
Ad lácrimas meas ne obsurdéscas, quóniam ádvena ego sum apud te,* peregrínus sicut omnes patres mei.
Soyez attentif à mes larmes. Ne garde pas le silence, car je suis auprès de Toi un étranger et un voyageur, comme tous mes pères.
Avértere a me, ut refrígerer,* priúsquam ábeam et non sim ámplius.
Accorde-moi quelque relâche, afin que je sois rafraîchi avant de partir et de disparaître.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 51
Psaume 51
Contra calumniatorem
Contre les calomniateurs
Qui gloriatur, in Domino glorietur (I Cor 1,31).
Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur
Quid gloriáris in malítia, * qui potens es iniquitáte?
Pourquoi te glorifies-tu dans le mal, toi qui est vaillant pour commettre l'iniquité?
Tota die insídias cogitásti; * lingua tua sicut novácula acúta, qui facis dolum.
Tout le jour ta langue a médité l'injustice; comme un rasoir affilé tu pratiques la tromperie.
Dilexísti malítiam super benignitátem, mendácium magis quam loqui æquitátem. * Dilexísti ómnia verba perditiónis, lingua dolósa.
Tu as plus aimé la malice que la bonté, l'iniquité plus que les paroles de justice. Tu as aimé toutes les paroles de ruine, ô langue trompeuse.
Proptérea Deus déstruet te in finem; evéllet te et emigrábit te de tabernáculo * et radícem tuam de terra vivéntium.
C'est pourquoi Dieu te détruira pour toujours; Il t'arrachera et te fera sortir de ta tente, et Il enlèvera ta racine de la terre des vivants.
Vidébunt iústi et timébunt * et super eum ridébunt:
Les justes le verront, et craindront; et ils se riront de lui, en disant:
“Ecce homo, qui non pósuit Deum refúgium suum, sed sperávit in multitúdine divitiárum suárum * et præváluit in insídiis suis.”
Voilà l'homme qui n'a point pris Dieu pour son protecteur, mais qui s'est confié dans la multitude de ses richesses, et qui s'est prévalu de sa vanité.
Ego autem sicut virens olíva in domo Dei. Sperávi in misericórdia Dei * in ætérnum et in sǽculum sǽculi.
Mais moi, je suis comme un olivier fertile dans la maison de Dieu. * J'espère en la miséricorde de Dieu éternellement et à jamais.
Confitébor tibi in sǽculum, quia fecísti; et exspectábo nomen tuum, quóniam bonum est; * in conspéctu sanctórum tuórum
Je Te louerai sans fin, parce que Tu as fait cela; et j'attendrai Ton Nom, parce qu'il est bon, en présence de Tes saints.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Postea dicitur immediate et sine orémus oratio propria, cum conclusione longiore.
Après cela on dit immédiatement et sans "Prions" l'oraison propre, avec la conclusion longue.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur.
O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Dóminus vobíscum.
Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo.
℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Que Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen.
℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa.
Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio:
Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut